Comment évoluer en tant que coiffeur ?

Aucune femme ne peut se passer d’un coiffeur ! Ce métier ne doit donc pas être dévalorisé vu son utilité dans le bien-être d’un être humain. Quelle est alors la situation du marché de ce métier en matière de formation et d’évolution ?

La formation d’un coiffeur ou stage de perfectionnement coiffure

Pour devenir un spécialiste des cheveux, il faut détenir un CAP Coiffure. Ce dernier est un diplôme nécessaire pour exercer en tant que coiffeur ou coiffeuse, qui peut être acquis dès l’âge de 16 ans. La formation se déroule dans une période de deux ans dans un lycée ou dans une école de coiffure ou par correspondance. Toutes ces techniques de coiffure seront acquises lors de cette formation de base. À propos de l’éventualité d’une formation à distance, l’autonomie et la rigueur sont des qualités à avoir. L’avantage est de continuer vos activités quotidiennes tout en étudiant pour obtenir votre CAP Coiffure. Si vous êtes en reconversion professionnelle, si vous n’avez pas d’école de coiffure à proximité ou si vous travaillez, cette formation par correspondance est faite pour vous. Par ailleurs, un stage de perfectionnement coiffure est indispensable pour valider votre diplôme. C’est un stage d’insertion dans le métier de coiffure qui dure 12 semaines. Vous aurez l’occasion d’expérimenter les diverses pratiques de vos cours de coiffure comme les soins, les colorations, les coupes et le coiffage, … La plateforme www.pophairformation.com peut vous accompagner dans ce sens. Il est impératif qu’une convention de stage soit signée entre l’établissement fréquenté et l’entreprise d’accueil. Concernant le fait de trouver un stage, le bureau des stages de votre centre de formation peut vous accompagner si vous avez des difficultés à trouver un stage de perfectionnement coiffure.

À lire également :  Frange rideau : la coupe de cheveux parfaite pour tous les types de visages !

Les possibilités d’évolution

Que vous soyez encore étudiant, stagiaire en perfectionnement coiffure ou coiffeur de profession, les possibilités d’évolution de ce métier seront toujours d’actualité. Quels sont alors les débouchés à long terme du métier de coiffeur ?

Le perruquier-posticheur

Un perruquier-posticheur est une personne qui conçoit, entretient et restaure les perruques et les postiches ainsi que les barbes et les moustaches. Ces perruques sont confectionnées en utilisant des cheveux naturels, synthétiques ou des poils de yack. Cette personne améliore l’apparence d’un individu en rajoutant des cheveux ou en masquant une calvitie. Le monde du spectacle fait aussi appel à un perruquier-posticheur. Quand vous aurez alors validé votre CAP via un stage de perfectionnement coiffure, ce débouché en tant que perruquier-posticheur peut-être une alternative. Dans un premier temps, un perruquier-posticheur doit prendre des mesures, réaliser une maquette et créer la perruque ou le postiche. Puis, il pose et ajuste la perruque selon la morphologie du client, ensuite il procède au coiffage et au maquillage. Il répare et entretient également les perruques et les postiches.

L’ouverture d’un salon personnel

Vous avez aussi la possibilité d’ouvrir votre propre salon de coiffure après votre stage de perfectionnement coiffure ou votre expérience professionnelle au sein d’un salon.

Posséder son propre salon de coiffure présente beaucoup d’avantages tels qu’être son propre patron et faire son propre planning. Vous serez le seul à décider de votre emploi du temps de travail en fixant vos horaires, vos journées de travail. Votre salon personnel peut être un local destiné pour vos activités ou votre domicile afin d’entamer votre indépendance. De ce fait, voici quelques conseils avant de vous lancer dans cette aventure après votre stage de perfectionnement coiffure :

À lire également :  Nos conseils pour lutter contre la perte des cheveux
  • Définissez votre projet de salon de coiffure ;
  • Renseignez-vous sur la tendance du marché : le marché de la coiffure, la clientèle existante et les salons de coiffure présents ;
  • Déterminez les activités de votre salon ;
  • Anticipez les investissements d’ouverture d’un salon de coiffure ;
  • Choisissez le statut juridique de votre salon (entreprise individuelle ou en micro-entreprise, sarl-eurl et sas-sasu) ;
  • Rédigez votre business plan ;
  • Prenez connaissance du règlement pour un salon de coiffure ;
  • Cherchez le local de votre futur salon de coiffure ;
  • Entamez votre profession en tant que coiffeur indépendant.

L’ouverture vers d’autres métiers liés à la beauté et au bien-être

À vous de voir, mais vous pourriez vous associer à d’autres corps du métier comme le barbier, le conseiller en image et esthéticienne. Il existe aussi l’hydrothérapeute, le maquilleur, le spa praticien, le styliste ongulaire, le chirurgien esthétique, le tatoueur, le diététicien ainsi que le socio-esthéticien. Vous pourriez aussi suivre une ou des formations en liaison avec ces métiers pour réduire vos charges financières. La vente et l’industrie sont également des options de débouchés à vos activités de coiffeur, c’est-à-dire :

  • Créateur de parfum ou technicien supérieur en cosmétique, aromaticien ;
  • Conseiller vendeur en parfumerie, spa manager, gérant d’un institut de beauté ou démonstrateur de marque.

La situation du secteur de la coiffure

En moyenne, il y a 146 établissements pour 100 000 habitants. La coiffure est le 2ème secteur de l’artisanat, d’où l’existence de 98 000 établissements, 178 000 actifs dont 109 000 salariés, 17 700 apprentis. De plus, les 27 % des établissements existants exercent leurs activités à domicile des clients, 64,5 % sont des indépendants et 8,5 % pratiquent leur métier en franchise. Il faut aussi savoir que 58 % de ces établissements n’emploient pas de salariés, mais 1 % ont au moins 10 salariés. À propos des orientations des établissements, 8,5 % proposent à leurs clients des nouveaux services comme le lissage puis les services de barbiers. Les prestations d’un coiffeur sont estimées à 87 % du chiffre d’affaires et 10 % sont dédiés à la revente. Entre autres, il est sûr que ce sont les femmes qui utilisent ce service, plus précisément, 67,5 % des prestations sont offertes aux femmes et 32,5 % pour les hommes.